Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 03/07/2020, 09:10 par Claire Mollien
Et voilà! Toute bonne chose a une fin.  1er avril 2020, la retraite a sonné à ma porte ... alors la rédactrice web, community...
Publié le 08/06/2020, 08:02 par Claire Mollien
d-autres-sujets-de-lecture-d-analyses-il-y-a-matiere-a-reflexionavec un grand merci à Pierre-jean Llorens pour ses sujets en partage : L’heure d’assainir le business des Ehpad a-t-elle...
Publié le 08/06/2020, 07:43 par Claire Mollien
revue-de-presse-emploi-social-avec-ses-sondages-enquetes-pistes-le-tout-en-partageavec un grand merci à Pierre-Jean Llorens pour ses fidèles contributions : consultant sap fi co pour un client a paris 50 60 ke Pour...

http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

« Il était une fois … » l’Histoire humaine du Triangle

 Voilà la deuxième année bouclée que déjà une impérieuse nécessité se fait jour. Non que le Réseau Social Professionnel du Triangle de Lyon/Valence/St Etienne/Grenoble ai vu sa popularité baisser et sa fréquentation diminuer, bien au contraire.

 Entre les 300 premiers membres de mai 2009 qui ont franchi, à l’époque, les « 8 portes » d’entrée (8 hubs sous différents mots clés pour faciliter la visibilité par les membres Viadeo), et les 3.000 de mai 2011, il y a juste un petit zéro de plus !

 Au fil des mois, non seulement le Réseau du Triangle n’a pas perdu sa thématique d’origine (l’Humain et donc chacun des participants) mais il a vu se renforcer son image d’ouverture, de partage, de convivialité, d’enrichissement personnel par la rencontre « réelle » de personnes venant d’horizons autres que les leurs.

 I – POURQUOI LE TRIANGLE DE LYON/VALENCE/ST ETIENNE/GRENOBLE ? 

La notion géographique n’a d’égal que la raison d’être du point central : le Parc du Pilat où demeure son animatrice et créatrice. La commune exactement à l’épicentre des trois grandes métropoles (Grenoble apparaît au premier semestre 2010) se nomme « Chanas » (sortie de l’autoroute A7). Ce fut là, dans un restaurant routier de Salaise sur Sanne, tenu par Elysabeth Giraud, que les 30 convives de proximité ont initié la toute première soirée le 15 mai 2009. La tentative a été renouvelée, selon la même formule, le mois suivant au même endroit. Même avec un tarif extrêmement privilégié à 12 € (de l’apéro, entrée, plat, fromage, dessert, café, vin, le tout copieusement servi), cet évènement abordable et sans surcoût rémunérateur pour l’organisatrice, ne remplissait pas toutes les conditions recherchées et depuis affinées.

 Se dessine alors un cahier des charges.

 1)    lieu varié et différent lors de chaque soirée, si possible atypiques, ludiques parfois, de détente, hors cadre professionnel autant que faire ce peut en excluant une notion de business pour la structure d’accueil ;

 2)    faire se rencontrer les membres des départements répondants à la zone géographique concernée ;

 3)    inciter, par le covoiturage, à faire se déplacer les habitants d’une agglomération économiquement active pour se rendre dans une soirée organisée dans une autre ;

 4)    rendre accessible au plus grand nombre sa participation aux soirées mensuelles par la « gratuité absolue » ; la formule « auberge espagnole » s’impose comme une évidence : un buffet dont les composants sont selon le bon vouloir de chacun pour le plaisir du partage gustatif de tous. Nous sommes bien loin alors des 20/50 € avec 3 rondelles de saucisson dans son assiette !

 5)    organiser des soirées pour 30 à 50 personnes en fonction de l’agglomération, de la salle et/ou du lieu d’accueil ;

 6)    pas de sectarisme : junior, senior, étudiant, retraité, salarié, demandeur d’emploi, cadre, chef d’entreprise, artisan, commerçant, entrepreneur, personnes en phase d’implantation nouvelle sur la région : tout le monde est concerné. De la diversité des personnes, de leur histoire de vie, naît la richesse des échanges, des conversations ; le thème unique c’est « VOUS » !!

 7)    comment recommander professionnellement un membre du Réseau Social Professionnel du Triangle si celui-ci n’est pas capable d’assumer son rendez-vous participatif ? Car il s’agit bien d’un rendez-vous professionnel et non d’une réunion de copinage. Il est inconcevable d’avoir une réunion et de ne pas s’y rendre sans confirmation préalable ou annulation en cas de force majeure. Le « poser un lapin » n’est pas de mise ni dans le monde professionnel et donc pas au Triangle non plus. Une sérieuse éthique fut donc imposée dès le coup d’envoi des soirées. Encore aujourd’hui, certains membres ont été exclus du Réseau et des contacts pour ce comportement non recommandable, un irrespect manifeste à l’organisation, l’animation de ce Réseau tourné vers les autres, sans but lucratif.

 Pourquoi reproduire et faire supporter au Réseau ce dont se plaignent certains membres, salariés ou non, qui subissent un manque de considération et de respect ?

 Faire en sorte que les éventuelles « promesses » faites entre les convives soient suivies d’effet après les soirées.

 Resituer l’Humain au centre de la vie économique où il a toute sa place et non l’inverse serait le « slogan » proclamé par le Triangle. Cela passe donc par un savoir vivre et un savoir être de l’individu lui-même.

 II – LE BOUCHE A OREILLE, LA RECOMMANDATION, L’ENTRE-AIDE

 Nous arrivons donc tout naturellement au point fondamental de la raison d’être du Réseau du Triangle. Rappelez-vous l’époque révolue où internet n’existait pas, où les personnes se rencontraient dans leurs commerces de quartier, à la table du bistrot du coin et en tous lieux où le contact direct facilitait les échanges et créait des sympathies et des synergies ? Le face à face convivial désinhibe et les 5 sens, sans compter le 6ème, entrent en action.

 Même si le e-commerce se développe à vitesse grand « V », dans une grande majorité, les personnes apprécient de « savoir » à qui ils ont à faire. Lors de ces soirées mensuelles, les participants se présentent (speed meeting) pour annoncer d’où ils viennent, ce qu’ils sont devenus à l’instanté et vers quoi, vers où ils évoluent et se tournent.

 Il est de moins en moins rare qu’une histoire de vie connaissance plusieurs divorces, remariages avec une autre carrière, un autre métier, un autre statut, dans le bouleversement social qui est le nôtre. Ces étapes, parfois douloureuses mais surtout très riches en positivant, sont des expériences exemplaires à faire connaître, à partager, surtout pour d’autres personnes elles même au carrefour de plusieurs routes avec ses gros questionnements, incertitudes, pertes de confiance. Il ne s’agit donc pas de distribuer à tout prix sa carte de visite mais plutôt de créer des connivences humaines amenant à faciliter le lien professionnel et bâtir la confiance.

 En 2 ans, nombreux sont les exemples vécus : nouveau poste, nouvelle carrière, nouveau métier, nouveau statut, suite à une démarche prospective valorisante, association pour la création d’une structure morale, d’un GIE, concrétisation pour la conception d’un site internet, actes de vente entre participants, etc. Il s’avère plus aisé de faire travailler une personne que l’on connaît humainement et avec qui la relation de confiance semble possible.

 Enfin, pour conclure ce chapitre, ce sont donc les valeurs défendues par le Triangle.

 Pour combattre l’individualisme, l’égoïsme, l’égocentricité tellement pénalisants pour maintenir un certain niveau de relations sociales et humaines, le Triangle a misé sur certaines valeurs comme le respect de la parole donnée, la solidarité, l’entre-aide (on ne parle pas ici d’assistanat..), l’écoute et l’ouverture vers les autres. Qui se suffit à lui-même ?

 III – QUELQUES CHIFFRES

 Le Triangle aura permis, en deux ans, de faire se croiser « réellement » exactement 760 « nouvelles » personnes lors de ces soirées (et ateliers en 2010).

 Comme l’a fait remarquer récemment un membre de plusieurs réseaux dont le Triangle, il est exceptionnel de constater que sur 30 participants en moyenne, entre 15 et 20 sont de nouveaux visages. Cela donne donc bien le ton et laisse à penser que cette approche humaine, dans ce monde professionnel en plein bouleversement, répondait à un réel besoin. Le Triangle ne peut donc que se féliciter de ce Réseau de qualité grâce à ses membres et donc de pouvoir véhiculer, d’une ville à l’autre, de telles valeurs à partager.

 IV – LES MOMENTS FORTS DU TRIANGLE

Mai/juin 2009 : Salaise sur Sanne – repas routier. La soirée a rassemblé des membres de proximité (29) dont une majorité était des entrepreneurs, sujet initial au démarrage de ce Réseau. Une grande réunion autour de ce thème a été organisée sur Vienne en présence de membres éminents dans ce domaine : citons entre autre Carole Labrosse de France Initiative, Alain Hugon de la Pépinière d’entreprises St Germain et d’autres encore.

Juillet 2009 : première soirée sous les étoiles à St Pierre de Bœuf à la Base Nautique (Loire limite Ardèche). Cette date marque le démarrage de la première formule « buffet » concocté par tous les participants. Réussite totale. Le Triangle se démarque dès ce moment.

Automne/hiver 2009 (1.500 membres sur le hub dès novembre) : à Anjou (Nord Isère) plusieurs soirées, parfois dans des conditions climatiques difficiles pour certains participants très éloignés de +200 kilomètres. Un membre, Yann-Eric Tourneur, se déplace même de Paris par TGV pour venir à notre rendez-vous !

Janvier 2010 : le Centre d’Equithérapie de Christian Granger nous ouvre ses portes à l’Isle d’Abeau. Un barbecue y sera organisé en juillet 2010.

Février 2010 : c’est l’Association Autisme et Nature, menée par Frédéric Chomier, à St Galmier que nous sommes merveilleusement accueillis ainsi qu’en août 2010 pour un barbecue.

Mars 2010 : Valence est la destination. Aucune salle n’ayant pu être trouvé dans les temps, c’est Anne Descamps qui nous accueille dans son chalet près de St Peray (Ardèche). Beaucoup de lyonnais ont fait le déplacement.

Avril 2010 : après moultes péripéties, le Triangle trouve abri à Lyon Gerland dans un Centre de Formation. Merci à Pascal Semy pour ce gros coup de main !

Mai 2010 : Alexandre Conte, sensible à notre appel, nous réserve un accueil festif pour célébrer les un an du Triangle. Le lieu pouvait surprendre avec nos paniers repas : le Novotel Voreppe. Moment très marquant pour le Triangle qui peinait à trouver un lieu gratuit pour sa soirée. Ce fut pour l’animatrice une situation assez inattendue.

Septembre 2010 : une innovation : journée familiale pour la visite de Pérouges, grâce aux bons offices de Gilles Lainez et notre guide locale, puis une soirée aux Adrets dans le département de l’Ain.

Octobre 2010 : Lyon Vaise première soirée au Centre d’Affaires de LNBC grâce à Stéphane Quin et ses collaboratrices – merci à Olivier Luisetti pour cette mise en relation.

Novembre 2010 : à l’hippodrome de Feurs par l’entremise de Gilles Lainez et l’aide de Pascal Girardin : un lieu fantastique.

Décembre 2010 : Lyon Gerland le Centre d’Affaires de LNBC – grand merci à nouveau à Stéphane Quin de nous avoir hébergé en pleine intempérie (match de foot + neige).

Ce début d’année 2011, le Réseau du Triangle a porté son dévolu à nouveau sur Lyon Gerland, Grenoble Centre (merci Alexandre), Valence (merci Philippe et Julia) et va proposer des lieux extraordinaires dès juillet (Château de Lachalle), août (Nord de Lyon *), septembre (Château de Bresson à Moissieu sur Dolon près de Beaupaire Nord Isère) pour les séries « barbecue ». A ne pas manquer !

Notons enfin, pour conclure le storing du Triangle, qu’une soirée Réseau n’exclut pas quelques variétés de bon aloi. Un chansonnier, un barbecue « trappeur »,  une pianiste improvisée lors d’une soirée barbecue, dégustation de vins de grande qualité à deux reprises sur Grenoble, un conteur jurassien le 26 mai dernier à Valence.

L’Association du Triangle, quant à elle, a préféré laisser à d’autres le soin de poursuivre ses ateliers d’aide et d’accompagnement vers le retour à l’emploi ou à la création de projet. La multiplicité des structures sociales de ce type ne permet pas finalement un réel engagement de ses adhérents, une implication volontaire, face à ce choix de consommateur qui ne sait plus où donner de la tête en la matière. De l’Association aura été conservé le site pour servir de plateforme « ressources » au Réseau du Triangle régional et y accueillir des partenaires développeurs d’idées et d’initiatives locales.

http://www.associationletriangle.fr/

L’expérience a par ailleurs démontré combien ce type d’association, comme au sein des réseaux, peut regrouper des adhérents à l’image de notre société actuelle, certains se révélant très peu recommandables voire carrément à fuir !

Le Triangle s’est donc re-concentré sur ce qui est et restera sa raison d’être, répondant ainsi plus largement au concept même des Réseaux Sociaux Professionnels : faciliter le lien « réel » pour conforter ses projets et créer des synergies d’affaires ou carrières professionnelles.

2012, c’est déjà demain !

Claire Mollien

Animatrice du Réseau Social Professionnel du Triangle

* Un petit sondage à destination des « Nord Rhône » : nous cherchons actuellement un lieu entre Lyon et Villefranche sur Sanne pour le jeudi 25 août ; une piste est en cours à Chiroubles, à une trentaine de kilomètres au nord/ouest de Villefranche et à équidistance de Macon. Est-ce trop loin selon vous pour vous y rendre ? Merci par avance pour vos réponses.